Rue d’Angoulême

A VOIR
dans cette rue

Histoire : Cette voie axée ouest-est est très ancienne (citée en 1514). C’est un tronçon, avec la rue Grande, de l’antique voie Angoulême-Saintes.

A l’entrée de la rue d’Angoulême s’élevait jadis la porte Angoumoisine, point d’appui de la ligne des remparts construits au 18ème siècle par Guy de Lusignan, seigneur de Cognac de 1248 à 1288.

Cette porte était constituée par deux tours rondes surmontées par des toits de forme conique, encadrant un porche assez étroit, précédé par un pont-levis qui enjambait le fossé.

La porte était fermée dès le crépuscule jusqu’au lendemain matin et un corps de garde surveillait les allées et venues des voyageurs.

La porte Angoumoisine tombant en ruine a été démolie en 1841 pour permettre l’élargissement de la rue d’Angoulême.

En avril 1980, des travaux de voirie effectués dans cette rue, près de la place François Ier, ont mis au jour une partie des fondations de l’ancienne porte que l’on peut situer à la hauteur des maisons portant les n° 3 et 4.

Dans la cave d’une maison voisine, il reste quelques vestiges du soubassement d’une tour.

La rue d’Angoulême est devenue piétonnière en 1980.

Référence : Livre ‘Les rues de Cognac’ tome 1 page 20.

Au 13e siècle, un rempart fut construit afin de protéger la ville. Il était percé de trois portes dont une à l’est, la porte Angoumoise, à l’emplacement de l’actuelle place François Ier.

Au 19e siècle, Cognac devint sous-préfecture. La construction de nombreux édifices publics (palais de justice, collège, Banque de France,…) permit d’accompagner sa croissance commerciale et économique. En l’espace de quelques décennies, la cité sortit de ses murs et changea radicalement d’échelle et de physionomie, passant de 3000 à 18000 habitants.

Jusqu’au 19e siècle, l’axe de circulation Angoulême-Saintes passait par la porte Angoumoise, le rue d’Angoulême, le rue Grande et empruntait le vieux pont, détruit depuis par décision de la commission du pouvoir exécutif, dont Lamartine était membre. En 1847, il fut alors décidé de détruire le rempart et de comblé les fossés afin de contourner la cité par le nord. Ce nouveau tracé, appelé alors boulevard du Nord (actuel boulevard Denfert-Rochereau), suivait les fossés de l’enceinte médiévale et conduisit à la construction d’un nouveau pont dès 1848. A cette même époque, Cognac se vit enrichie de places et de lieux de promenades.

L’espace situé devant la porte Angoumoisine était, jusqu’au 19e siècle, un champ de foire aux cochons. A la fin des années 1840, il changea de vocation et vit le transfert du marché et la construction de maisons. Cognac disposait alors d’une place qui devint rapidement le coeur de la ville : la place de la Rotonde devint la place de l’Arc de Triomphe avant de devenir la place François Ier.

Actuellement, la ville de Cognac compte un peu moins de 20000 habitants et une population de 35000 habitants avec la périphérie.

Haut de page


MAISON DE COMMERCE (N° 15)

PLAN

Maison de commerce (15 rue d'Angoulême) (mai 2015)
Maison de commerce (15 rue d’Angoulême) (mai 2015)

Ce bâtiment abritait, à la fin du 19e siècle, un magasin de meubles. Au-dessus de la grande baie vitrée, quatre statues ornent la façade. Aux extrémités, deux angelots tiennent un caducée, symbole du Commerce, et une roue dentée, symbole de l’Industrie. A leur côtés, deux femmes sont représentées, l’une jouant de la mandoline, l’autre filant.

Adresse : 15, rue d’Angoulême

Haut de page


HOTEL DE VOYAGEUR dit HOTEL d’ORLÉANS

PLAN

Hôtel de voyageurs dit Hôtel d'Orléans (mai 2015)
Hôtel de voyageurs dit Hôtel d’Orléans (mai 2015)
Hôtel de voyageurs dit Hôtel d'Orléans (mai 2015)
Hôtel de voyageurs dit Hôtel d’Orléans (mai 2015)
Hôtel de voyageurs dit Hôtel d'Orléans (mai 2015)
Hôtel de voyageurs dit Hôtel d’Orléans (mai 2015)

Au 17e siècle, Jean Simon fait construire un hôtel particulier à cet emplacement. Au 19e siècle, à l’intention des nombreux clients des maisons de négoce, plusieurs hôtels voient le jour à Cognac. En 1873, l’hôtel Jean Simon est détruit et remplacé par cet hôtel de voyageurs. Seul le large escalier en pierre, à l’intérieur, est conservé.

Adresse : 25, rue d’Angoulême

Haut de page


LE COUVENT DES RÉCOLLETS

Le Couvent des Récollets (25 octobre 2015)
Le Couvent des Récollets (25 octobre 2015)

PLAN

Le Couvent des Récollets de Cognac est situé à Cognac dans le département français de la Charente. Le couvent a été fondé au xviie siècle durant la Contre-Réforme par des frères Récollets qui sont des Franciscains organisés en ordre au xvie siècle.

Histoire


Le Couvent des Récollets (mai 2015)
Le Couvent des Récollets (mai 2015)

Le Couvent des Récollets de Cognac a été fondé le 22 janvier 1612 par la ville de Cognac. Le nombre de religieux était depuis longtemps de 18 à 20 en 1723. Il a été édifié de 1631 à 1635 par le père Roussel. Le travaux ont été achevé de 1641 à 1647 par le père Martial Hardy.

La ville de Cognac achète les bâtiments en 1808 et y installe l’hôtel de ville qui y restera jusqu’en 1892. Puis elle en revend une partie au département en 1820 et celui-ci y installe la sous-préfecture et le tribunal civil qui en partiront en 1858.

Par arrêté du 4 décembre 1951, le puits, trois des travées voutées et l’escalier en fer forgé ont été inscrits monument historique.

Architecture


Historique des travaux
les récollets (22 juin 2015)
les récollets (22 juin 2015)

L’architecte Paul Abadie supervisa d’importants travaux de 1823 à 1827.

En 1860 la voûte du tribunal de commerce est détruite. Puis à partir de 1892 et du départ de l’hôtel de ville, des travaux de reconstruction sont menés par E. Rullier. Enfin une restauration reconversion en centre culturel est menée par l’architecte Edgar Broutet en 1982.

C’est l’occasion de placer en réemploi des sculptures des bâtiments disparus comme le fronton de l’hôtel Allenet.

Description

Autour d’un jardin centé par un puits couvert, une large galerie voutée d’ogive dessert les différentes salles. Cette galerie ouvre sur la rue d’Angoulême par deux larges entrées.

L’escalier de fer forgé installé en 1770 porte le monogramme du père Martial Hardy.

Aujourd’hui

L’ancien couvent des Récollets appartient à la ville de Cognac qui en a fait un centre culturel et social. Les pièces du rez-de-chaussée ont été restaurées pour accueillir les expositions et offrir une salle de conférence. Les étages comportent divers bureaux de services administratifs et des salles de réunion.

Adresse : 53, Rue d’Angoulême

Haut de page


MAISON (N° 60)

PLAN

Maison, 60 rue d'Angoulême (21 juillet 2015)
Maison, 60 rue d’Angoulême (21 juillet 2015)

Adresse : 60, rue d’Angoulême

Haut de page


MAGASIN DE COMMERCE (N° 64)

PLAN

Magasin de commerce, 64, rue d'Angoulême (21 juillet 2015)
Magasin de commerce, 64, rue d’Angoulême (21 juillet 2015)

Histoire


Magasin, actuellement désaffecté, construit dans la 2e moitié du 19e siècle, rez-de-chaussée très remanié.

Adresse : 64, rue d’Angoulême

Haut de page


MAISON (N° 68)

PLAN

Maison, 68 rue d’Angoulême (21 juillet 2015)
Maison, 68 rue d’Angoulême (21 juillet 2015)

Histoire


Maison paraissant dater de la 1ère moitié du 19e siècle ; le rez-de-chaussée avec la boutique a été très remanié au 20e siècle.

 Adresse : 68, rue d’Angoulême

Haut de page


Notes et références


http://www.culture.gouv.fr
Grand Cognac Communauté des communes.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Couvent_des_Récollets_de_Cognac
rue d’angouleme

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s