Rue Lazare Carnot

A VOIR
dans cette rue

Histoire : « Le Grand Carnot » (Nolay, Bourgogne, 1753-Magdebourg, 2 août 1823).

Huitième enfant d’une famille nombreuse dont le père était notaire.

Ingénieur militaire. Député à la Législative (1791) et à la Convention (1792). Membre du Comité de salut public (1793) il organisa les armées de la République et conçut tous les plans de campagne ; il fut surnommé « l’organisateur de la victoire ».

Membre du Directoire (1795). Le coup d’État du 18-Fructidor le frappe, il s’enfuit. L’avènement de Bonaparte lui offre une chance, il revient, est ministre de la Guerre (1800) mais il s’oppose au pouvoir personnel de Napoléon.

Sous la Restauration, pendant les Cent-Jours, il accepte le portefeuille de l’Intérieur (1815) ; ce qui provoque son exil lors du retour du roi. Il y vit dans une pauvreté digne.

Haute intelligence et caractère fortement trempé contre les institutions. Parfois violent, mais intègre (il vota la mort de Louis XVI et fut l’un des auteurs du 9-Thermidor).

Homme politique, certes, mais aussi homme scientifique des plus remarquables, mathématicien, écrivain.

Parmi ses oeuvres, citons Éloge à Vauban, Essai sur les machines en général (1783 – lois générales du choc). Dans sa Géométrie de position (1803) il est avec Monge, son maître, l’un des créateurs de la géométrie moderne. Mémoire au roi qui, sous la Restauration lui attire les foudres du gouvernement.

Son fils aîné, Sadi, physicien, est le créateur de la thermodynamique. Son second fils, Hippolyte, fut ministre de l’Instruction publique en 1848. Sadi-Carnot, ingénieur et homme politique, président de la République assassiné à Lyon en 1894 était le fils d’Hippolyte, donc son petit-fils.

Ancienne « rue Lizée » ouverte en 1891 par MM. Lizée et Chalifour. Elle allait de la rue de Cagouillet à le rue de l’Atrie. Elle fut offerte gratuitement à la ville et les travaux pris en charge par moitié, furent achevés en avril 1892. Les riverains demandant la pose de plaques indicatrices, la commission proposa de lui donner le nom de « rue Lazare-Carnot », dénomination adoptée par le conseil le 15 décembre 1893. En février 1903, la rue Lazare-Carnot prolongée entre les rues de l’Atrie et de la Pyramide, fut cédée à la ville.

Référence : Livre ‘Les rues de Cognac’ tome 1 page 49

MAISON (N° 10)

Haut de page

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Le site présente des photographies des anciens hôtels, des maisons de cognac et des adresses à ne pas manquer à Cognac.