LES VERRERIES

  1. Verrerie Claude Boucher, puis Société des verreries de Cognac et de Carmaux, puis Saint-Gobain emballage, actuellement Cognac Otard et Ets Jouinot (Faubourg Saint-Jacques).

    Verrerie Claude Boucher, puis Société des verreries de Cognac et de Carmaux, puis Saint-Gobain emballage, actuellement Cognac Otard et Ets Jouinot (8 octobre 2015).
    Verrerie Claude Boucher, puis Société des verreries de Cognac et de Carmaux, puis Saint-Gobain emballage, actuellement Cognac Otard et Ets Jouinot (8 octobre 2015).

    Histoire :

    Verrerie Claude Boucher, puis Société des verreries de Cognac et de Carmaux, puis Saint-Gobain emballage, actuellement Cognac Otard et Ets Jouinot (8 octobre 2015).
    Verrerie Claude Boucher, puis Société des verreries de Cognac et de Carmaux, puis Saint-Gobain emballage, actuellement Cognac Otard et Ets Jouinot (8 octobre 2015).

    Verrerie mécanique édifiée en 1903 pour le verrier Claude Boucher, inventeur de la machine à souffler les bouteilles, et vraisemblablement construite, en partie, avec des éléments de charpente métallique des pavillons de l’Exposition universelle de Paris de 1900 ; en 1919, la société Saint-Gobain prend une participation financière et technique ; en 1954, fusion avec les Verreries de Carmaux, absorbée en 1961 par Saint-Gobain Emballage, qui décide la fermeture de cette usine. La maison de Cognac Otard achète les deux tiers des bâtiments et y installe des chais et des ateliers de fabrication, le reste des bâtiments est utilisé par l’entreprise de transport Jouinot comme entrepôt.Effectif en 1960 : environ 500 personnes.

    Verrerie Claude Boucher, puis Société des verreries de Cognac et de Carmaux, puis Saint-Gobain emballage, actuellement Cognac Otard et Ets Jouinot (8 octobre 2015).
    Verrerie Claude Boucher, puis Société des verreries de Cognac et de Carmaux, puis Saint-Gobain emballage, actuellement Cognac Otard et Ets Jouinot (8 octobre 2015).

     Adresse : 2, avenue de Saintes

  2. Verrerie de Bretagne, puis verreries de Vertou, puis veuve Marcel Barrière, puis Alfred Victor fils, puis BSN, actuellement Chais Rémy Martin (72, rue des Rentes).

    Verrerie de Bretagne, puis verreries de Vertou, puis veuve Marcel Barrière, puis Alfred Victor fils, puis BSN, actuellement Chais Rémy Martin (72, rue des Rentes). (27 septembre 2015)
    Verrerie de Bretagne, puis verreries de Vertou, puis veuve Marcel Barrière, puis Alfred Victor fils, puis BSN, actuellement Chais Rémy Martin (72, rue des Rentes). (27 septembre 2015)

    Histoire :

    Verrerie de Bretagne, puis verreries de Vertou, puis veuve Marcel Barrière, puis Alfred Victor fils, puis BSN, actuellement Chais Rémy Martin (72, rue des Rentes). (27 septembre 2015)
    Verrerie de Bretagne, puis verreries de Vertou, puis veuve Marcel Barrière, puis Alfred Victor fils, puis BSN, actuellement Chais Rémy Martin (72, rue des Rentes). (27 septembre 2015)

    Verrerie à bouteilles construite en 1889, exploitée en 1923 par la Société nouvelle des verreries de Vertou, dont le siège social était à Nantes. En 1955, Alfred Victor fils l’achète à la veuve Marcel Barrière et construit, en 1961, les bureaux et vestiaires. En 1966, les verreries Souchon Neuversel, de Lyon, en deviennent les propriétaires. Devenue B.S.N. en 1968, la firme vend les bâtiments à Rémy-Martin en 1971.

     Adresse : 72, rue des Rentes

  3. Verrerie, Cartonnerie dite Verrerie de Saint-Martin, puis Vaysette, puis Claude Boucher, puis Cartonnerie Godard et Fils, actuellement Magasin de Commerce Leclerc (96, rue de Pons).

    Histoire : Une première verrerie, rue de Pons, fut construite en 1865 pour M. Vaysette et reprise et agrandie par Claude Boucher en 1878. Après la construction de la nouvelle verrerie, route de Saintes, reprise des anciens ateliers de fabrication et transformation en cartonnerie par P. E. Godard, maison fondée en 1913. Extension de l’usine dans le 2e quart du 20e siècle. Après le déménagement de Godard dans la zone industrielle de Châteaubernard, vers 1970, une partie fut vendue à Leclerc et transformée en supermarché, l’autre partie étant détruite en 1990.Effectif de la verrerie en 1882 : 130 ouvriers en trois équipes ; effectif de la cartonnerie en 1935 : 40 personnes.

     Adresse : 96, rue de Pons

Notes et références

http://www.culture.gouv.fr/

Haut de page