Graves-Saint-Amant

Graves-Saint-Amant est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont appelés les Gravois.

Localisation


Graves-Saint-Amant est une commune de l’ouest de la Charente située à 6 km au nord-ouest de Châteauneuf-sur-Charente, le chef-lieu de son canton, et 7 km au sud-est de Jarnac, sur la rive gauche de la Charente.

Elle est aussi à 4 km à l’est de Saint-Même-les-Carrières, 8 km au sud-ouest d’Hiersac, 19 km à l’est de Cognac, et 20 km à l’ouest d’Angoulême.

La route principale de la commune est la D 10 qui va de Jarnac à Châteauneuf et qui passe à 1,5 km au sud du bourg de Saint-Amant. Un réseau de routes départementales secondaires irrigue la commune ; la D 54 qui longe la Charente et la D 155 qui la traverse se croisent près du bourg de Saint-Amant.

La ligne Angoulême-Saintes traverse la commune, et la gare la plus proche est celle de Châteauneuf ou celle de Jarnac, desservie par des TER à destination d’Angoulême, Cognac, Saintes et Royan.

Hameaux et lieux-dits


Les villages qui ont donné leur nom à la commune sont Saint-Amant-de-Graves, qui en est le bourg principal, et Graves, situé plus à l’ouest et ne comprenant quasiment qu’une église.

La commune comporte par ailleurs des hameaux : les Aireaux, la Natrie à l’ouest, chez Texier, la Groie, chez Brisson au sud, chez Jean Millaud à l’est, ainsi que de nombreuses fermes.

Hameaux de Graves-Saint-Amant
Hameaux de Graves-Saint-Amant
LES HAMEAUX DE GRAVES-SAINT-AMANT
Bois Catineau
Bois Charente
Bois de Doreau
Bois du Grollet
Champ du Pré
Chebrat
Chez Brisson
Chez Florenceau
Chez Galopeau
Chez Jean Millaud
Chez Maurin
Chez Renouard
Chez Sigogne
Chez Texier
Courpeteau
Graves
L’Écluse de Juac
La Combe
La Fenêtre
La Groie
La Natrie
La Tuilerie
Le Clos
Le Petit Champ
Le Petit Moine
Le Renfermis
Les Aireaux
Les Essarbis
Les Galiments
Maine Buisson
Rivière
Saint-Amant-de-Graves

Histoire


Les Giraud d’Anqueville, seigneurs de Bois-Charente, ont construit le château au XVIe siècle.

En 1680, le château passe par mariage à François Goulard, seigneur de la Faye, et il devient la propriété de Jean Thioulet, gentilhomme du roi, au début du XVIIIe siècle. Bois-Charente a appartenu au début du XXe siècle à Jean Fougerat dit Élie, riche propriétaire et bienfaiteur, mort en 1932.

Les plus anciens registres paroissiaux de Graves remontent à 1633.

Comme sa voisine Angeac, la paroisse de Saint-Amant-de-Graves était une dépendance de la seigneurie de Vibrac.

L’église de Saint-Amant avait été donnée en 1124 par l’évêque d’Angoulême, Girard II, à l’abbaye de Savigny, qui l’avait remise au prieuré de Bouteville. Ce dernier conserva la paroisse jusque vers la fin du XVe siècle. En 1460, Saint-Amant fut le siège d’un prieuré en propre. Hélas les guerres de religion lui furent préjudiciables, et il fut supprimé en 1580.

Plusieurs moulins ont existé mais ils avaient déjà disparu au XVIIe siècle; il ne restait au début du XXe siècle que le moulin de Courpeteau construit au XVIIIe siècle, sur le ruisseau d’Anqueville (sur Saint-Amant).

Pendant la Révolution, la commune de Saint-Amant-de-Graves s’est appelée provisoirement Amant-Charente.

Au 1er janvier 1997, la commune de Graves fusionne avec celle de Saint-Amant-de-Graves qui prend alors le nom de Graves-Saint-Amant.

Lieux et monuments


Patrimoine religieux

  • L’Eglise Saint-Martin (Plan).
    Eglise de Graves-Saint-Amant (18 août 2016)
    Eglise de Graves-Saint-Amant (18 août 2016)

    Le bourg de Graves abrite une église paroissiale, l‘église Saint-Martin construite aux XIIe et XVe siècles. Cette dernière contient notamment une peinture murale (teintes principales rouge et jaune) datée approximativement du XVe siècle représentant apparemment une scène biblique (restaurée en 1977), qui est classée monument historique à titre objet. L’église est classée monument historique depuis 1986.

    L’église de Graves, qui dépendait autrefois de l’archidiaconé de Saintes, occupe un site pittoresque sur la rive gauche de la Charente.

    Elle forme en plan un long rectangle. La nef est composée d’une longue travée unique sous berceau, romane à l’origine, mais remontée à une époque tardive. Une travée carrée sous clocher lui fait suite. Elle est voûtée d’ogives à liernes. Une travée semblable, dont la voûte porte en clé un gros écu fruste, forme un choeur à chevet plat. Sa baie d’axe est légèrement décalée vers le nord.

    La façade, haute sous un pignon triangulaire obtus, porte une corniche à modillons décorés d’animaux et de masques humains. Le portail présente deux voussures nues en plein cintre, que sépare un couvre-joint chanfreiné à grosses fleurs sculptées. Les chapiteaux des colonnettes latérales sont refaits. Entre le sommet du portail et le niveau du fronton, quatre gros corbeaux de pierre portaient jadis un auvent. En dessous, un relief énigmatique, sans doute tardif, montre une face barbue entre le soleil et la lune.

    Les murs latéraux ont des contreforts plats terminés en glacis. Ils montrent que la nef, avant sa réfection, a possédé deux courtes travées.

    Le clocher est un beau morceau d’architecture. Il comporte un soubassement nu et un étage ajouré à deux baies en plein cintre par face. Une vis le dessert dans l’angle sud-ouest. Ses baies étaient jadis séparées en deux par une colonnette qui supportait un petit tympan nu monolithe échancré de deux arcs, et que surmontait une ouverture circulaire. Cette disposition s’est partiellement conservée. L’extérieur du choeur possède des baies de la fin du XIIe siècle, et d’autres sans doute postérieures aux guerres de Religion.

    Mobilier : dans le mur nord de la travée sous clocher, une peinture montre un donateur agenouillé sur la gauche, trois personnages sur fond de fleurettes jaunes et rouges, et, à droite, un prêtre disant la messe près d’un enfant de choeur à genoux. Malgré l’état d’usure, qui a rendu en particulier illisibles les inscriptions qui accompagnent la scène, on peut y voir la « Messe de saint Martin », patron de l’église.

    Sur le mur nord du choeur figure une autre peinture où se lisent plusieurs scènes de la Passion : Jésus au jardin des Oliviers, arrestation du Christ, le Christ devant Pilate, flagellation. Ces peintures sont tardives, de facture populaire et de style quelque peu naïf.

    Réalisé par le Syndicat de l’OUEST-CHARENTE-PAYS DU COGNAC avec l’aide du Conseil Général de la CHARENTE 

    L’église de Saint-Amant avait été donnée en 1124 par l’évêque d’Angoulême, Girard II, à l’abbaye de Savigny, qui l’avait remise au prieuré de Bouteville. Ce dernier conserva la paroisse jusque vers la fin du XVe siècle. En 1460, Saint-Amant fut le siège d’un prieuré en propre. Hélas les guerres de religion lui furent préjudiciables, et il fut supprimé en 1580.

  • L’église paroissiale Saint-Amant (Plan), située au bourg de Saint-Amant-de-Graves, a été le siège d’un prieuré. Elle fut détruite par les protestants, puis reconstruite au XVIIe siècle.

    Eglise à Graves-Saint-Amant (10 juin 2017)
    Eglise à Graves-Saint-Amant (10 juin 2017)
  • La croix au pied de l’église de Saint-Amant (Plan).

    Graves-Saint-Amant - La croix au pied de l'église (9 août 2018)
    Graves-Saint-Amant – La croix au pied de l’église (9 août 2018)
  • Le crucifix (Plan).

    Saint-Amant - Le crucifix (5 mai 2018)
    Saint-Amant – Le crucifix (5 mai 2018)

Patrimoine civil

  • La mairie (Plan) et l’ancienne mairie + école construite en 1893 (Plan).
    La mairie, dans l'ancienne gare SNCF (10 juin 2017)
    La mairie, dans l’ancienne gare SNCF (10 juin 2017)
    Ancienne mairie de Graves-Saint-Amant (10 juin 2017)
    Ancienne mairie de Graves-Saint-Amant (10 juin 2017)
    Heures d’ouverture de la mairie
    Lundi 13h30 à 17h30
    Mercredi 9h00 à 13h00
    Vendredi 13h30 à 17h30
    Site Web :
  • Le monument aux morts (Plan).

    Graves-Saint-Amant - Le monument aux morts (9 août 2018)
    Graves-Saint-Amant – Le monument aux morts (9 août 2018)
  • L’ancienne école de Graves (Plan).

    Graves - L'ancienne Mairie-Ecole (5 mai 2018)
    Graves – L’ancienne Mairie-Ecole (5 mai 2018)
  • L’ancienne école de Saint-Amant (Plan).

    Saint-Amant - L'ancienne école (5 mai 2018)
    Saint-Amant – L’ancienne école (5 mai 2018)
  • Le château de Bois-Charente (Plan) a été construit au XVIe siècle et sur la tourelle d’escalier, on peut lire 15xx, une date dont les dizaines et les unités sont effacées. La tour hexagonale et la tourelle d’escalier, au centre de la façade antérieure, seraient donc du XVIe siècle alors que l’élévation serait postérieure et qu’il y a eu des restaurations au XIXe siècle.

    Le Château de Bois-Charente (24 avril 2017)
    Le Château de Bois-Charente (24 avril 2017)
  • Le logis dans le bourg (Plan).

    Logis dans le bourg (10 juin 2017)
    Logis dans le bourg (10 juin 2017)
  • Le logis de Courpeteau daterait du XVIIe siècle mais le moulin de Courpeteau (ruiné), sur le ruisseau d’Anqueville, ne daterait lui que du XVIIIe siècle (non photografiable de la route).

  • Il reste deux lavoirs, à la Natrie et chez Renouard.

    Le lavoir la Natrie (Plan).

    Le lavoir, construit dans le lit du ruisseau, se compose d’un bassin rectangulaire, avec ses deux margelles inclinées en pierre, et son fond bétonné. Trois pierres à laver, un grand égouttoir et le dessus d’un autre, complètent le site.

    Lavoir de la Natrie (24 avril 2017)
    Lavoir de la Natrie (24 avril 2017)

    Le lavoir chez Renouard (Plan).

    Un beau lavoir en contrebas, sur la droite. Bassin presque carré, alimenté par une fontaine, deux margelles en pierres inclinées, fond dallé. Sur les autres côtés, deux longs murets servant d’égouttoirs, deux pierres à laver accolées à un des murs de l’entourage.

    Lavoir de Saintonge (24 avril 2017)
    Lavoir de Saintonge – Chez Renouard (24 avril 2017)
  • Le puits de La Natrie (Plan).

    Puits de la Natrie (24 avril 2017)
    Puits de la Natrie (24 avril 2017)

Patrimoine environnemental

La commune est bordée par la Charente et se trouve en zone Natura 2000 Charente amont.

Près de l’écluse de Juac, le hameau de Juac (commune de Saint-Simon) est animé par le tourisme fluvial.

Le fleuve offre aussi une halte fluviale à Graves.

Le GR 4 qui va de Royan à Grasse passe au sud de la commune.

Notes et références


Wikipedia Graves-Saint-Amant

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Le site présente des photographies des anciens hôtels, des maisons de cognac et des adresses à ne pas manquer à Cognac.