Foussignac

Foussignac est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants s’appellent les Foussignacais et les Foussignacaises.

Localisation


Le bourg de Foussignac est situé 5 kilomètres au nord-est de Jarnac, le chef-lieu de son canton dont elle est limitrophe, et 23 km à l’ouest d’Angoulême.

La commune est située dans la zone d’appellation contrôlée cognac, dans le cru Fins Bois.

Le bourg est aussi à 4 km au sud-est de Sigogne, 8 km au sud-ouest de Rouillac, 11 km à l’ouest d’Hiersac, 16 km à l’est de Cognac, sa sous-préfecture.

La N 141 entre Angoulême, Cognac et Saintes, maillon de la route Centre-Europe Atlantique, traverse le sud de la commune et passe à 1,5 km du bourg. La D 55, la D 66 et la D 90 se croisent au bourg.

La gare la plus proche est celle de Jarnac, desservie par des TER à destination d’Angoulême, Cognac, Saintes et Royan.

Hameaux et lieux-dits


Les principaux hameaux sont Ransanne, Beurac, les Brunetières, Cors et le Brillac.

Le petit hameau du Chai des Pères, situé au nord de la commune, tire son nom d’une ancienne construction, qui existe encore et qui appartenait autrefois aux moines bénédictins de l’abbaye de Bassac.

Hameaux de Foussignac
Hameaux de Foussignac
LES HAMEAUX DE FOUSSIGNAC
Beurac
Bois Faucon
Boisnoble
Chai des Pères
Cors
La Belloire
La Coulée
La Courade
Le Bois
Le Bois de la Coupé
Le Brillac
Le Goulet
Le Treuil
Les Brunetières
Les Grandes Brunetières
Les Petites Brunetières
Pimbert
Plantebelle
Ransanne

Histoire


L’occupation des lieux serait attestée depuis l’époque gallo-romaine.

Des sites antiques ont été retrouvés lors de travaux aux lieux-dits le puits des Anges et les Ajais, ainsi qu’une nécropole antique aux Ajais.

Foussignac est dit « le village aux puits ». Sur la commune, un grand nombre a été répertorié en 2011 par le BRGM. Le puits des Âges, situé aux abords du Chai des Pères (ancienne ferme dépendant de l’abbaye Saint-Étienne de Bassac) est l’un des plus vieux de la région.

Les registres de l’état civil remontent à 1644.

Lieux et monuments


Patrimoine religieux

 
  • L’église paroissiale Saint-Cybard-et-Saint-Laurent (Plan).
    Eglise à Foussignac (15 juin 2017)
    Eglise à Foussignac (15 juin 2017)

    L’église paroissiale Saint-Cybard-et-Saint-Laurent était une vicairie perpétuelle, unie à la Chantrerie de Saintes et dépendant de ce diocèse. Un tableau monumental, datant de 1870, de saint Laurent sur le grill siège à l’entrée de l’église et confirme la dédicace de l’église à ce saint. La dédicace à saint Cybard est affirmée par l’abbé Nanglard en 1894 mais rien ne la confirme sur place. Elle a beaucoup souffert durant les guerres de religion; aujourd’hui la nef est couverte de voûtes d’arêtes en briques du XIXe siècle. Le chevet est voûté, comme la nef, sur consoles du XVIIe siècle. La façade à porte nue, surmontée d’une fenêtre et d’un pignon, est épaulée par deux contreforts ; sur l’angle sud-ouest, on voit le départ d’une voûte d’ogives sur consoles, ayant appartenu à une chapelle détruite ; quelques modillons sont visibles au sud de la première travée du chœur.Le clocher est rectangulaire à deux étages, surmonté d’un toit bas à quatre pans, au-dessus d’un entablement à modillons nus. Ce clocher, du XVIe siècle, domine tout le pays et contient une des cloches de l’abbaye de Bassac. La porte d’entrée porte la date de 1784. L’église a été restaurée au XIXe siècle.

    Le village aux « 100 » puits possède certainement le plus vieux de la région, le « puits des Ages », situé aux abords du Chai des Pères (ancienne ferme dépendante de l’Abbaye de Bassac). Il servait de point d’eau pour abreuver les montures des seigneurs d’Aunis, lorsqu’ils rendaient visite à leurs confrères de l’Angoumois.

    Extérieurement, l’édifice est de style roman. Le clocher carré de forme moins imposante qu’à Sigogne, « classique » charentais, est percé de six fenêtres romanes surmontées d’archivoltes non décorées. Côté sud, à l’extérieur, le mur porte des traces de l’ancienne architecture de cette église : sur une pierre, un élément de bestiaire, enchâssé dans un contrefort et dans une encoignure, les restes d’une colonne sur pendentif, un départ de corniche avec deux modillons (une tête d’animal et une représentation humaine).

    L’église date du XIIe siècle. Elle a beaucoup souffert des guerres de Religion. Elle est remaniée au XIVe siècle et endommagée vers 1570. Des restaurations ont lieu dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

    Quand on pénètre dans l ‘église par le portail daté du 1784, objet d’une restauration, on découvre les fonts-baptismaux à voûte d’ogives croisées comme celle du choeur. Dans les fonts-baptismaux, des colonnettes ornées de rinceaux et de feuilles de vigne soutiennent les voûtes, alors que dans le choeur, ce sont des pendentifs. Les voûtes de la nef sont supportées par quatre colonnes à chapiteaux sculptés.

    Dans une fontaine jumelle, on peut voir une pierre sculptée qui fut donnée à l’église par la famille Landier de Cors, propriétaire du Chais des Pères. Cette propriété viticole appartenait aux moines bénédictins de l’Abbaye de Bassac marquée par le blason des Mauristes : couronne d’épine avec Pax au centre. Il manque les trois clous de crucifixion du Christ et la fleur de Lys (Abbaye royale). Ce blason est aujourd’hui, avec deux autres (De Lestang et des Ages), les armes de la commune depuis 1984.

    Les grosses pierres autour de l’église, apportent, elles-aussi, leur concours aux énigmes des monuments anciens, aujourd’hui disparus. Elles ne sont plus maintenant, que reposoirs du passant.

Patrimoine civil

  • La mairie (Plan).
    Mairie de Foussignac (15 juin 2017)
    Mairie de Foussignac (15 juin 2017)
    Heures d’ouverture de la mairie
    Mardi 14h00 à 17h00
    Jeudi 14h00 à 17h00
    Vendredi 9h00 à 12h00 14h00 à 17h00
    Site Web : http://www.foussignac.fr/
 
  • Le monument aux morts (Plan).

    Monument aux morts de Foussignac (15 juin 2017)
    Monument aux morts de Foussignac (15 juin 2017)
  • L’ancien château d’eau et puits (Plan).

    Ancien château d'eau et puits à Foussignac (15 juin 2017)
    Ancien château d’eau et puits à Foussignac (15 juin 2017)
  • Le Chais des Pères (Plan).

    Foussignac - Chai des Pères daté 1148 (9 août 2018)
    Foussignac – Chai des Pères daté 1148 (9 août 2018)

    Non loin du village de Cors, existe un petit hameau répondant au charmant nom de Chai des Pères. Comme son appellation semble le prouver, les bâtiments qui existent encore actuellement appartenaient sous l’Ancien Régime à un établissement religieux, en l’occurrence l’abbaye de Bassac. De nos jours, subsiste un corps de logis à un seul étage, dont les ouvertures ont été reprises au XIXe siècle. Il a conservé cependant une belle porte d’entrée dans l’encadrement, gracieusement mouluré et couronnée d’un fronton curviligne, est caractéristique de l’époque Louis XV. Un bâtiment en retour d’équerre au nord, et des dépendances, dans le prolongement de l’habitation principale au sud, complète cet ensemble de constructions où sont inscrites, en deux endroits, les dates de 1728 et 1743. On accédait à cette métairie autrefois par un portail avec ses deux entrées traditionnelles dont il ne reste aujourd’hui que la porte piétonne datée de 1743. Un bénitier en pierre, du XVIIIe siècle, a été retrouvé et est actuellement conservé par les propriétaires du lieu.
  • Bois Noble (Plan).

    Foussignac - Bois Noble (9 août 2018)
    Foussignac – Bois Noble (9 août 2018)

    En 1680, les lieux sont partagés entre Olivier Bertrand, sieur de la Pommeraie, avocat, veuf de Anne Fouchier et Jacques Fouchier, sieur de Bois Noble. Ils sont héritiers de Jacques Fouchier et de Elizabeth Ranson, père et mère de Anne et de Jacques. Le logis est coupé en deux, les portes de communication murées. Lors du procès-verbal réalisé à l’issue de ce partage, les bâtiments apparaissent en très bon état, presque neuf. Tout semble être revenu dans la famille Bertrand, les actes ne mentionnent plus ensuite la famille Fouchier. Le 26 juin 1758, Nicolas Samuel Bertrand, écuyer, sieur de Bois Noble, ancien garde du corps du roi, et Marguerite Ranson son épouse, vendent Bois Noble à Marguerite Chaigneaud, veuve de François Seguin, et à Pierre Rullier, sieur du Maine Jolliet et Françoise Martine Seguin, son épouse. Le 18 juillet suivant, Marguerite Chaigneaud rétrocède sa part à Jean Abraham Bonniot, sieur de Salignac. En 1765, Pierre Rullier demeure en son logis de Bois Noble. Le logis a disparu, il reste une partie du portail ancien.
  • Le Brillac (Plan).

    Foussignac - Le Brillac (9 août 2018)
    Foussignac – Le Brillac (9 août 2018)

    Le 4 octobre 1670, Pierre Ranson demeure au village du Breuillac, paroisse de Foussignac. En 1693, noble homme Jacques Ranson, sieur du Goulet, demeure au lieu du Breuillac. En 1706, noble homme Jacques Ranson, sieur du Goulet, bourgeois, et Jeanne Elisabeth Ranson son épouse, demeurant au logis du Brillac, rédigent leur testament et partage entre leurs enfants, le 12 septembre 1752. Leur fille, Jeanne Elisabeth Ranson, épouse en 1758, Pierre Benjamin Ranson, demeurant au Goulet. Il a ensuite appartenu aux d’Asnières au XIXe siècle. Le logis a disparu, il a été remplacé par une construction avec toit mansardé qui ne doit pas remonter au-delà du XIXe siècle.
  • Le Goulet (Plan).

    Foussignac - Le Goulet (9 août 2018)
    Foussignac – Le Goulet (9 août 2018)

    En 1693, noble homme Jacques Ranson, sieur du Goulet, demeure au lieu du Breuillac. En 1717, Adam Ranson, sieur de Boismoreau, demeure au Goulet. Il y décède en 1750. Ses héritiers sont Marguerite Ranson, sa nièce, épouse de Paul Templereau de Bauchais seigneur de la Prévôté de Mainxe, Jacques Ranson, son neveu, sieur du Goulet, âgé de 56 ans, Catherine Ranson, sa nièce, âgée de 60 ans, demeurant au Goulet. Le Goulet revient à Catherine Ranson. Le 12 janvier 1756, Catherine Ranson vend le Goulet à Pierre Benjamin Ranson, bourgeois, qui y demeure. Il épouse en 1758, Jeanne Elisabeth Ranson, fille de Jacques Ranson sieur du Goulet, demeurant à Brillac. Leur fils, Charles Ranson, demeurant au Goulet, épouse en 1779, Anne Marguerite Bertrand, fille de Marguerite Ranson et de Nicolas Samuel Bertrand, sieur de Bois Noble. Il reste surtout un porche d’entrée en retrait de deux murs. Les portes cochères et piétonne sont en plein cintre. A droite, se trouve un ancien pigeonnier carré recouvert d’un toit pyramidal avec un lanternon et deux lucarnes. Le logis a été en partie reconstruit, mais dans les dépendances, on remarque quelques ouvertures à chanfrein.
  • Le puits à côté de l’église (Plan).

    Puits à côté du château d'eau à Foussignac (15 juin 2017)
    Puits à côté du château d’eau à Foussignac (15 juin 2017)

Notes et références


Wikipédia Foussignac

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s