Fleurac

Fleurac est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine.

Localisation


Située à 20 km à l’ouest d’Angoulême et 8 km au nord-est de Jarnac, Fleurac est la moins étendue du canton de Jarnac.

Fleurac est aussi à 7 km de Rouillac, 9 km d’Hiersac et 19 km de Cognac.

La N 141, route Centre-Europe Atlantique, entre Angoulême, Cognac et Saintes, passe à 3 km au sud du bourg. À l’écart des routes importantes, le bourg est desservi par la D 157 et la D 384, nord, sud et sud-ouest, et une route communale vers l’est menant à Échallat.

La gare la plus proche est celle de Jarnac, desservie par des TER à destination d’Angoulême, Cognac, Saintes et Royan.

Hameaux et lieux-dits


Petite en surface, la commune renferme peu de hameaux. On peut toutefois citer : les Michauds, la Foucaudière dans le sud de la commune, les Martins, à la limite de la commune de Vaux-Rouillac, les Bouffanauds et les Naulais, à l’est.

Hameaux de Fleurac
Hameaux de Fleurac
LES HAMEAUX DE FLEURAC
La Foucaudière
Les Biais
Les Bouffanauds
Les Martins
Les Michauds
Les Naulais

Histoire


Le château de Fleurac était le siège d’une seigneurie qui relevait de la terre de Jarnac. Le premier seigneur connu est un de La Porte, qui vivait au XIVe siècle et qui épousa une demoiselle Perrette de l’Isle. Il est probable que cette demoiselle appartenait à la famille qui possédait Fleurac avant les de La Porte.

De cette dernière famille, nous connaissons Ithier de la Porte, que nous voyons figurer, en 1467, dans le ban de la sénéchaussée d’Angoumois et Isaïe de la Porte, qui vivait dans la première moitié du XVIIe siècle.

La terre de Fleurac passa ensuite dans la famille de Couvidou. Fleurac dépendant alors de la paroisse de Vaux-Rouillac, et afin de n’avoir pas à se déplacer pour se rendre aux offices, Jean de Couvidou fit ériger au château de Fleurac une chapelle, qui fut bénie le 27 décembre 1657, ainsi que le constate un procès-verbal, conservé dans les archives de la paroisse de Houlette. Cette chapelle occupait l’emplacement sur lequel a été bâtie celle qui existe actuellement.

Jean de Couvidou avait épousé Madeleine de Céris, dont il eut trois enfants : Françoise, qui épousa Jacques de Couhé, écuyer, sieur de la Mothe-Chambernaud, paroisse de Suris, Alexandre de Couvidou, qui lui succéda dans la seigneurie de Fleurac et Catherine de Couvidou.

Alexandre de Couvidou laissa la seigneurie de Fleurac à son fils Louis-Alexandre de Couvidou, qui épousa, le 27 mars 1725, Marie Texier, fille de feu M. Texier, conseiller du roi, lieutenant-général des traites foraines à Civray.

Au XVIIIe siècle, les Couvidou vendirent la terre de Fleurac à messire Abraham Bonniot ; puis ils allèrent habiter Saint-Palais-sur-Mer, près de Royan. Lors de la Révolution, ils passèrent en jugement à Saintes.

Le nouvel acquéreur de la terre de Fleurac était un riche négociant, fournisseur de la marine à Rochefort, qui acheta également les fiefs nobles de Triac et de Salignac et qui, afin de s’anoblir, acquit également, moyennant la somme de 55 000 livres, la charge de Secrétaire du roi, maison et couronne de France près le parlement de Bordeaux. Cette charge anoblissait le titulaire et ses descendants.

La paroisse de Fleurac dépendait autrefois de celle de Vaux-Rouillac, aussi n’y avait-il pas d’église avant la fin du XIXe siècle; cette église a été construite grâce à une souscription, et elle était desservie par le curé de Mérignac.

Lieux et monuments


Patrimoine religieux

 
  • L’église paroissiale Sainte-Élisabeth (Plan) a été construite sur l’emplacement de l’ancienne chapelle du château, et bénie en 1879. Elle est d’une grande simplicité ; c’est un petit monument moderne édifié avec le produit d’une souscription recueillie dans la contrée.
    Eglise de Fleurac (15 juin 2017)
    Eglise de Fleurac (15 juin 2017)

    Bâti sur le versant d’une colline, Fleurac offre de nombreux points de vue. Limite de la Saintonge et de l’Angoumois, son charmant ruisseau, « la Guirlande », serpente à travers de verdoyantes prairies.

    Après le château qui accapare en premier, le regard, la petite église aux dimensions de chapelle marque le centre culturel de la commune.

    De construction récente (à peine plus d’un siècle) elle fait plutôt penser à une chapelle que le châtelain voisin aurait pu donner à son village. On se trompe à peine en supposant cela. Le terrain sur lequel on l’a bâti en 1880, fut donné à la commune par Madame Cordier, propriétaire du château de Fleurac. Mais c’est la paroisse et donc la municipalité (à l’époque il n’y avait pas encore la séparation de l’Eglise et de l’Etat – 1905) qui l’édifia.

    Comme chaque événement a son anecdote, il faut savoir que les châtelains exigèrent de superviser les plans de la construction et d’avoir le privilège d’accéder dans la nef par une porte dérobée qui leur serait exclusivement réservée.

    L’église fut construite sous la surveillance des services préfectoraux et du ministère de l’architecture. Depuis le second empire, les municipalités devaient soumettre leurs projets à l’approbation de l’Etat. On devait cette mesure, en grande partie, à Prosper Mérimée.

    L’étonnant dans la construction de l’église de Fleurac, c’est qu’elle fut édifiée en pleine crise économique due au Phylloxéra qui causait la ruine des propriétés viticoles. Pourtant on put trouver alors, les fonds nécessaires qui étaient importants pour une commune de 278 habitants en 1888 !

    Fleurac et la communauté de communes ont aménagé à la mairie, un musée de la coiffe régionale fort intéressant. Ce sera un très bon complément de visite pour tout amateur de notre patrimoine.

Patrimoine civil

  • La mairie (Plan).
    Mairie de Fleurac (15 juin 2017)
    Mairie de Fleurac (15 juin 2017)
    Heures d’ouverture de la mairie
    Lundi 14h00 à 17h30
    Mercredi 14h00 à 17h30
    Vendredi 8h30 à 12h00
    Site Web :
 
  • Le monument aux morts (Plan).

    Monument aux morts de Fleurac (15 juin 2017)
    Monument aux morts de Fleurac (15 juin 2017)
  • Le château (Plan).
    Le château de Fleurac, datant initialement du XIVe siècle, a été restauré à grands frais dans le dernier quart du XIXe siècle. Il est entouré d’un parc magnifique. C’est aujourd’hui une demeure privée.

    Château de Fleurac (15 juin 2017)
    Château de Fleurac (15 juin 2017)

  • Le lavoir du bourg (Plan).
    Lavoir du bourg (17 juin 2017)
    Lavoir du bourg (17 juin 2017)

    C’est un joli lavoir couvert, en très bon état. Toiture à deux pans récemment refaite, avec des tuiles rondes. Le lavoir a été construit dans le lit de La Guirlande. Fermé sur trois côtés par des murs en pierres, il possède un long bassin, deux margelles inclinées en pierres, et est entouré d’un dallage aussi en pierres. L’eau coule abondamment. Présence, sur le devant, d’un égouttoir en bois.

  • Un puits (Plan).

    Puits de Fleurac (15 juin 2017)
    Puits de Fleurac (15 juin 2017)

Notes et références


Wikipédia Fleurac

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s