Courbillac

Courbillac est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine) formée des deux anciennes paroisses de Courbillac et d’Herpes.

Ses habitants sont les Courbillacais et les Courbillacaises.

Localisation


Courbillac est une commune située à l’ouest du département de la Charente, limitrophe de la Charente-Maritime. C’est la plus occidentale des communes du canton de Rouillac.

Elle est à 9 km à l’ouest de Rouillac, 10 km au nord de Jarnac, 14 km au nord-est de Cognac et 29 km d’Angoulême.

À l’écart des grandes routes, la commune de Courbillac est traversée du sud au nord par la D.1, de Sigogne à Neuvicq-le-Château.

Le bourg de Courbillac est situé dans une large plaine traversée par le Tourtrat.

Hameaux et lieux-dits


Le village d’Herpes est situé sur une hauteur, à deux kilomètres au nord du bourg. Il s’est créé à proximité du croisement de deux voies antiques, celle allant de Brioux-sur-Boutonne à Jarnac qui croisait au sud la voie romaine d’Agrippa de Saintes à Lyon.

Le hameau du Bourg des Dames est situé sur la route de Sigogne à Neuvicq; son nom vient de ce qu’il était une ancienne dépendance d’un couvent de femmes.

On peut encore citer : Petit Beauvais, sur le Tourtrat, le Souterrain, le Pont d’Herpès.

Hameaux de Courbillac
Hameaux de Courbillac
LES HAMEAUX DE COURBILLAC
Bel-Air
Bourg des dames
Herpès
Le Pont d’Herpès
Le Souterrain
Les Épinais
Petit Beauvais

Histoire


En 416, Patrice Constance promet des terres aux Wisigoths qui s’établissent en Aquitaine, en partie dans le territoire des Santons.

D’où la création du village d’Herpes sur une voie antique allant de Brioux-sur-Boutonne à Jarnac qui croisait la voie romaine Agrippa de Saintes à Lyon, dite Chemin chaussé ou chemin des Romains, située à 3 km au sud. Ils sont chrétiens mais ariens. On leur doit le baptistère octogonal. Le cimetière mérovingien atteste de la présence de guerriers francs, arrivés au vie siècle et remplaçant les Wisigoths dans toute l’Aquitaine.

La commune de Courbillac formait autrefois deux paroisses : Courbillac et Herpes. Sur la paroisse de Courbillac se trouvaient le fief de la Vallade, et une partie importante du fief de la Courade. Ces deux fiefs appartenaient à la famille Horric de la Courade.

Une autre seigneurie, située dans la paroisse de Courbillac, était celle de Pont d’Herpes, qui, aux xviie et xviiie siècles, appartenait à une famille Laisné, de la robe de Cognac, anoblie par lettres patentes de novembre 1491. Cet anoblissement concernait Jean Laisné, juge-prévôt d’Angoulême, et son frère Jacques Laisné, juge-prévôt royal de Cognac et Merpins, tous deux fils de Guillaume Laisné, juge-prévôt de Cognac et Merpins, et de Sibille Boutaud. Cette famille est aujourd’hui éteinte.

En 1692, la paroisse d’Herpes constituait une seigneurie, membre de celle de Neuvicq, avec droits de haute, moyenne et basse justice, comprenant une métairie et des prés, avec des cens, rentes et agriers. Elle relevait de la baronnie de Thors, en Saintonge, qui, à cette époque, était possédée par le marquis de Pons.

L’état des paroisses de 1686 nous informe que le marquis de Montespan est « à présent » le seigneur de la paroisse d’Herpes de 37 feux dont la terre ne produit que peu de grains et de vin.

Après la Révolution, Herpes a été commune à part entière avant d’être rattaché à Courbillac en 1837.

En 1886, Philippe Delamain, négociant en cognac chez Delamain à Jarnac, fouilla à Herpes un cimetière de l’époque franque du VIe siècle. Il y trouva une exceptionnelle collection d’armes, fibules, bijoux, vases datant de cette époque où les Francs s’étaient installés à Herpes. Cette collection a malheureusement été dispersée. Une partie se trouve au British Museum à Londres.

Lieux et monuments


Patrimoine religieux

 
  • L’église Saint-Aubin de Courbillac (Plan).
    Courbillac - Eglise Saint-Aubin (23 juillet 2018)
    Courbillac – Eglise Saint-Aubin (23 juillet 2018)

  • L’église d’Herpes (Plan) dont le baptistère est du VIe siècle.

    Eglise d'Herpes (12 juin 2017)
    Eglise d’Herpes (12 juin 2017)
  • Le cimetière des Francs d’Herpes (Plan).

    Cimetière des Francs d'Herpes (12 juin 2017)
    Cimetière des Francs d’Herpes (12 juin 2017)

Patrimoine civil

  • La mairie (Plan).
    Mairie (12 juin 2017)
    Mairie (12 juin 2017)
    Heures d’ouverture de la mairie
    Lundi 8h30 à 12h30
    Mardi 8h30 à 12h30
    Jeudi 8h30 à 12h30
    Vendredi 8h30 à 12h30
    Site Web : 
 
  • Le monument aux morts à côté de l’église (Plan).

    Monument aux morts (12 juin 2017)
    Monument aux morts (12 juin 2017)
  • De l’ancien logis des Courades (Plan) il ne reste qu’une tour coiffée d’un toit conique, la seule restant des cinq mentionnées comme existant à l’origine Le logis est plus récent que la tour
    Le village possède une boulangerie tenant également lieu d’épicerie, de bureau de tabac et de dépôt de journaux. Celle-ci jouxte une importante meunerie.
  • Le Souterrain (Plan).
    Courbillac - Le Souterrain (23 juillet 2018)
    Courbillac – Le Souterrain (23 juillet 2018)

    Au début du XVIIIe siècle, le logis du Souterrain appartient à Léonor Horric, seigneur de la Rue Franche. Le 31 mars 1738, Claude Turnel, écuyer, sieur de Monguion, exerçant ses droits de son épouse Marie Horric, cède le logis et dépendances du Souterrain à Pierre Perdriau à titre de rente seconde pour 200 livres par an. Perdriau, qui n’a pas rempli ses engagements, rétrocède le logis à ses précédents propriétaires le 15 décembre 1753. Le 6 mars 1759, Pierre Laisné, sieur de Francheville et du Souterrain, demeurant en logis du Pont d’Herpes donne son aveu de dénombrement « pour raison de son fief et seigneurie et mesne du Souterrain » à Charles Annibal de Rohan Chabot, chevalier, seigneur comte de Jarnac. En 1773, le 3 mai, lorsqu’il signe son contrat de mariage avec Jeanne de Chevreuse, fille du seigneur de Tourtron, François du Boullet demeure au logis du Souterrain. Il avait acquis les lieux le 21 juillet 1772, des mains de Joseph Rouhaud, et ne les gardent pas très longtemps car, dès le 13 novembre 1775, par acte sous seing privé, il les cède à Abraham Bernard de Monsanson, écuyer, seigneur de Javrezac, qui y fait sa demeure. Joseph Rouhaud (Rouhault) avait arrenté les lieux de Pierre Laisné, chevalier, seigneur du Pont d’Herpes, par acte du 21 avril 1769 . Ces lieux sont à nouveau vendus et Abraham Bernard de Monsanson les cède à son tour, le 24 avril 1780, à Antoine Sebillaud, marchand, demeurant à Luchac . En 1786, y habite… Jean Léonard Horric, sieur du Fresneau, descendant des propriétaires du début du siècle, mais l’acte ne dit pas si le logis est à lui… L’ancien logis a été reconstruit au XIXe siècle. A noter dans les dépendances un puits sous voûte en plein cintre et surtout le portail d’entrée dont la porte piétonne est encore surmontée d’un écu où, bien que grattées à la Révolution, on devine les armes des seigneurs du lieu.

Notes et références


Le livre ‘Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente’ p294
Wikipédia Courbillac

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s