Bourg-Charente

Bourg-Charente est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont appelés les Bourgeois et les Bourgeoises.

Localisation


Bourg-Charente est situé dans la vallée de la Charente, en aval de Jarnac et en amont de Cognac, à 30 km à l’ouest d’Angoulême.

Depuis la RN 141 qui relie Angoulême à Saintes et maillon de la route Centre-Europe Atlantique, la D 158 permet d’accéder au bourg. Un réseau de routes secondaires permet de rejoindre aussi Jarnac à l’est et Saint-Brice à l’ouest par la rive droite.

Bourg-Charente est à 4 km à l’ouest de Jarnac, 6 km au nord de Segonzac, et 9 km à l’est de Cognac.

La gare la plus proche est celle de Jarnac, desservie par des TER à destination d’Angoulême, Cognac, Saintes et Royan.

Hameaux et lieux-dits


Ils sont nombreux :  Le BrandeauChevallerauLe Dérivant, Les Granges à Bonneau, Chez DagnaudLes EpinettesLa Forêtchez GeninLe Gros Meunier, LancementLa LêcheLe LogisLogis de TillouxMargonnetMoulineufle Pérusseauchez Réthoré, chez Roland, chez le TardTillouxVeillardLes Voineaux.

Hameaux de Bourg-Charente
Hameaux de Bourg-Charente
LES HAMEAUX DE BOURG-CHARENTE
Chevallerau
Chez Berland
Chez Bourand
Chez Dagnaud
Chez Genin
Chez le Tard
Chez Mauxion
Chez Réthoré
Chez Roland
L’Épare
La Forêt
La Lêche
Lancement
Le Berliquet
Le Brandeau
Le Champ du Pré
Le Dérivant
Le Duquet
Le Gros Meunier
Le Logis
Le Maine Gaillard
Le Pérusseau
Le Plantier
Le Port de Jappe
Les Boucs
Les Brebions
Les Épinettes
Les Granges à Bonnaud
Les Maillochauds
Les Voineaux
Logis de Tilloux
Margonnet
Moulineuf
Talevas
Tilloux
Toutourne
Veillard

Une haute falaise boisée domine la rive gauche de la Charente ; de ce point élevé, on a accès à un immense panorama. Sur la rive droite, se dresse, au sommet d’un rocher escarpé, le château de Bourg, au-delà duquel se déroule la vaste plaine du Pays-Bas ; au sud, la Grande-Champagne offre à la vue ses vignobles, au milieu desquels surgit la flèche élancée du clocher de l’église de Gensac-la-Pallue.

Dans les flancs de cette falaise s’ouvrent les grottes du Dérivant, véritable labyrinthe, visitées chaque année par de nombreux touristes. À l’époque diluvienne, ces grottes ont été complètement obstruées par les alluvions, et il a fallu des travaux importants pour les déblayer.

Près du village de Tilloux, au milieu d’un vaste bois, on trouve une immense carrière de sable et de cailloux, qui a servi à fournir les matériaux nécessaires au ballastage de lignes de chemins de fer. La carrière était raccordée à la voie Angoulême-Saintes par un embranchement spécial. Dans cette ballastière ont été découverts de nombreux objets dénotant la présence de l’homme ; on y a également découvert, en 1895, une magnifique défense provenant de l’elephas antiquus.

Histoire


Les abris naturels du Dérivant ont été habités au cours de l’âge de la pierre comme l’attestent les dépôts de pierre taillée et de pierre polie.

Quelques vestiges de poteries et de nombreux tessons font penser à l’existence de potiers à Bourg durant la période gallo-romaine, époque durant laquelle le fleuve était la principale voie de transport de marchandises.

L’ancien château de Bourg s’élevait sur la rive gauche de la Charente. C’était le siège d’une importante seigneurie qui s’étendait sur toute la paroisse de Bourg et comprenait également plusieurs villages de la paroisse de Gensac. Ses possesseurs s’appelèrent successivement seigneurs, barons, comtes et marquis.

Au XIe siècle, le sieur de Bourg participe à la construction de l’église et de l’abbaye de Châtre.

Au cours du Moyen Âge, Bourg-Charente se trouvait sur un itinéraire secondaire est-ouest fréquenté par les pèlerins au sanctuaire de Saint-Jacques-de-Compostelle et aux reliques de saint Eutrope à Saintes depuis le Limousin et le Périgord, itinéraire longeant de la Charente par Angoulême et Cognac.

En 1262, Ollivier, seigneur de Bourg, eut de graves démêlés avec le prieur de Bouteville, de qui dépendait l’église de Bourg. Une transaction permit à la famille Ollivier de conserver le château de Bourg. Le 19 août 1363, messire Ollivier, baron de Bourg, rendit hommage au Prince de Galles, Édouard, dit le Prince noir, son nouveau suzerain.

Les Anglais s’étant installés au château de Bourg, le maréchal de Sancerre les en délogea en 1378, et détruisit la plus grande partie de la forteresse. Le nouveau château ne fut reconstruit qu’au XVIe siècle et fut alors édifié sur la rive droite de la Charente, à l’endroit où il se trouve actuellement.

Au début du XVe siècle, la terre de Bourg appartenait à une famille Bragier, dont un membre, Pierre Bragier, fut maire de La Rochelle en 1445. Après son mariage avec Marguerite de Rohan, le comte Jean d’Angoulême acheta de la famille Bragier la terre de Bourg, qui resta attachée aux domaines des comtes d’Angoulême sous Charles d’Orléans et Louise de Savoie.

Après son avènement au trône de France, François Ier donna la terre de Bourg à son ancien gouverneur Artus Gouffier. Le petit-fils de ce dernier, François Gouffier, chevalier de Malte, vendit cette terre en 1607 à Pons de Pons, ancien page du roi François Ier, qui construit l’actuel château sur les soubassements du château fort de la rive droite à partir de 1607.

Le fils de Pons, Renaud de Pons, étant mort sans postérité, la seigneurie de Bourg passa à sa fille, Marie-Élizabeth de Pons, qui avait épousé François Almanieu d’Albret, comte de Miossens et baron d’Ambleville. Ce dernier fut un grand batailleur, qui tua en duel, en 1654, le marquis de Sévigné et qui fut tué lui-même en duel, en 1672, par M. de Saint-Léger Corbon. Sa veuve vendit, en 1711, la terre de Bourg à deux beaux-frères, MM. Rambaud et Salomon.

En 1685, après la révocation de l’édit de Nantes, on compte près de 250 abjurations signées par l’abbé Sabouin, curé de Bourg. Celles-ci sont émaillées d’incidents comme celui de Marie Feuillard « qui a abjuré fort mal se faisant passer pour aliénée ».

Vers le milieu du XVIIIe siècle, la terre de Bourg appartenait à Jacques-Pierre Salomon, conseiller du roi, président-trésorier de France, au bureau des finances de la généralité de Limoges. La famille Salomon vendit le château de Bourg en 1767 au marquis de Girac, qui prit le titre de marquis de Bourg.

Le 7 mars 1787 les représentants de Bourg-Charente à l’assemblée préliminaire des états généraux qui se tient à la salle capitulaire des Récollets de Cognac sont Jean Archambaud et Jean Saunier.

Le dernier seigneur de Bourg fut messire Le Camus de Néville, conseiller du roi en tous ses conseils, maître des requêtes ordinaires de son hôtel, et directeur général de la librairie. Il possédait une magnifique bibliothèque qui fut saisie le 14 ventôse An II. Il émigra et le château fut vendu comme bien national.

Le château de Bourg appartenait au début du XXe siècle à M. Pellisson.

Depuis 1921, il appartient à la famille Marnier-Lapostolle.

Lieux et monuments


Patrimoine religieux

  • L’église paroissiale Saint-Jean-Baptiste (Plan).

    Eglise Bourg-Charente (18 août 2016)
    Eglise Bourg-Charente (18 août 2016)

    L’église paroissiale Saint-Jean-Baptiste : romane du XIIe siècle, dépendant à l’origine de l’ancien diocèse de Saintes, elle est donnée entre 1083 et 1110, à l’abbaye de Savigny qui y installe un prieuré. Elle est rebâtie dans le troisième quart du XIIe siècle avec portail à quatre voussures, façade à trois étages et abside circulaire. Sa nef est décorée d’une fresque du XIIIe siècle représentant l’adoration des rois mages. Le clocher a été reconstruit au XVIIe siècle. Elle est classée monument historique depuis 1913.

    Le logis prieural date du XVIIIe siècle et le presbytère possède un fronton triangulaire et un portail du XVIIe siècle.

    Bourg-Charente - Croix à côté de l'église (2 novembre 2017)
    Bourg-Charente – Croix à côté de l’église (2 novembre 2017)

    L’église, en forme de croix latine, est composée d’une nef à deux coupoles, d’un transept voûté en berceau, avec absidioles dans les croisillons et coupole à leur intersection. Le choeur est voûté en cul-de-four, ajouré de trois fenêtres romanes ornées de colonnettes massives à chapiteaux non appareillés qui soutiennent un très riche entablement.

    Dans la nef, sur la muraille nord, on remarque, en bon état de conservation, une peinture murale à la détrempe, du XIIIe siècle, naïve représentation de « l’Adoration des Mages ». Dans les vitraux modernes de la nef, on a reproduit, d’après une ancienne litre funèbre, depuis longtemps disparue, les armoiries d’anciens seigneurs de Bourg-Charente.

  • Un ancien temple protestant existe à Veillard (Plan).

    Ancien temple protestant (24 avril 2017)
    Ancien temple protestant (24 avril 2017)

Patrimoine civil

  • La mairie (Plan).

    Heures d’ouverture de la mairie
    Lundi 13h30 à 18h00
    Mercredi 13h30 à 18h00
    Vendredi 13h30 à 18h00
    Le premier samedi de chaque mois de 9h à 11h30
    Site Web : http://www.bourg-charente.fr/
  • L’ancienne mairie (Plan).

    Bourg-Charente - L'ancienne mairie (16 mai 2018)
    Bourg-Charente – L’ancienne mairie (16 mai 2018)
  • Le monument aux morts dans l’église (Plan).

    Bourg-Charente - Le monument aux morts (23 mai 2018)
    Bourg-Charente – Le monument aux morts (23 mai 2018)
  • Bourg-Charente - Entrée du château (2 novembre 2017)
    Bourg-Charente – Entrée du château (2 novembre 2017)

    Le château de Bourg (Plan), restauré au XVIIe siècle et qui a acquis la cheminée du château de Bouteville. Ce château élevé au XVIIe siècle sur les bases du château médiéval (dont il reste des bases de murailles, les fossés taillés dans le rocher et l’emplacement de deux ponts levis) a été très remanié au XIXe siècle notamment par l’adjonction d’un pavillon où ont été incorporés des éléments d’architecture récupérés au château de Bouteville (cheminée, œil de bœuf) Sur une aile en retour d’équerre a été remontée toute une partie du crénèlement de l’aile est de Bouteville avec y compris les gargouilles ornées de mascarons.

    Le château de Bourg-Charente actuel a été construit à partir de 1607 sur le promontoire rocheux qui domine la Charente sur la commune de Bourg-Charente en amont de Cognac pour remplacer une forteresse détruite.

    Historique
    En 1262, la terre de Bourg appartient déjà à la famille Ollivier. En 1363 messire Ollivier, baron de Bourg, rend hommage au prince de Galles, le remariage d’Aliénor d’Aquitaine ayant fait le château de Bourg-Charente possession anglaise.

    Le château actuel a été construit par Pons de Pons, pour remplacer le château-fort détruit par le maréchal de Sancerre en essayant de le reprendre aux Anglais.

    Il est passé ensuite aux familles Olivier, Bragier, Gouffier.

    En 1921 il est racheté par la famille Marnier-Lapostolle pour y installer ses chais de Cognac nécessaire à l’élaboration du Grand Marnier. Depuis 2012 on y trouve également les alambics utilisés pour la distillation des oranges amères entrant dans la recette des liqueurs Grand Marnier.

    Architecture
    Du château et de sa chapelle situés à cet emplacement en 1264 et détruits en 1378, il est possible qu’il reste le fossé et un morceau de tour au nord-ouest.

    Le pavillon sud a été remonté au XIXe siècle.

    Le logis principal, rectangulaire, est surmonté d’une balustrade et flanqué d’un pavillon à très haut toit pyramidal.

    L’aile en retour d’équerre a des créneaux ornés de cartouches prises au château de Bouteville. La cheminée monumentale vient aussi de ce château.

    Du château, la vue sur la Charente et sa vallée est remarquable.

  • Le château de Cressé (Plan) est une magnifique demeure édifiée au milieu d’un beau parc. Il appartenait à Mme Gabriel Martell et a servi à différentes œuvres sociales. Il a depuis été transformé en maison de retraite.

    Le château de Cressé actuel a été construit à partir de 1875 par l’architecte Eugène Demangeat sur la commune de Bourg-Charente en Charente.

    Historique
    Cressé était un fief dont nous savons qu’il était tenu au XVIIIe siècle par Jacques Pierre Salimon, seigneur de Moulineuf et de Cressé. Il a ensuite été acheté par la famille Martell et c’est Gabriel Martell qui a fait construire le château actuel.

    Il a été transformé en maison de retraite.

    Architecture
    Vaste demeure rectangulaire flanquée d’un côté d’un pavillon polygonal, de l’autre d’une tourelle et centré par un pavillon en avant-corps. Son originalité vient de l’alliance de la brique et de la pierre et son élégance des lucarnes du second étage à fronton triangulaire.

  • Le château de Tilloux, qui a appartenu à un maire de la commune, M. Harris Favraud, est une construction « moderne » édifiée en 1872. Cette construction a remplacé un ancien château, siège d’une seigneurie dont les possesseurs, à la fin du XVIe siècle étaient Jean Vinsonneau, écuyer, sieur de Lapréruse, et Jeanne Geoffrion, son épouse. Leur fille, Jacquette Vinsonneau, leur succéda et porta la terre de Tilloux à son époux, Charles de Crugy de Marcillac, capitaine des gardes du duc d’Épernon, qui fut nommé, en 1624, capitaine du château de Châteauneuf. Charles de Marcillac se distingua au siège de La Rochelle, en 1628, et fut tué au siège de Privas, en 1631. Le membre le plus remarquable de la famille de Marcillac, qui conserva la terre de Tilloux jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, fut Jean-Louis de Marcillac ; il prit part au siège de Maastricht en 1673, et mourut à la suite de blessures reçues au siège de Fouquemont. Le château de Tilloux fut démoli au moment de la Révolution, et le domaine fut morcelé.

  • Le manoir de Moulineuf existait en 1176, date à laquelle il a été pris par Richard Coeur de Lion.

  • L’Épare (Plan).
    Bourg-Charente - L'Épare(16 mai 2018)
    Bourg-Charente – L’Épare(16 mai 2018)

    Le 20 janvier 1720, Pierre de Jarnac, sieur de Gardépée, vend à Henri Rambaud et Pierre Salomon, seigneurs de Bourg Charente, « le logis, maison et bâtiments du lieu appelé Léparre ». Joseph de Jarnac, notaire, frère de Pierre, exerce son droit de retrait lignagé le 16 septembre 1723 et récupère l’Eparre. Il fait établir, le 11 mai 1736, un procès-verbal de son logis de l’Eparre pour constater qu’il n’y a pas en ce lieu de moulins sur la Charente. En l’an 11, l’Eparre appartient à Jean Charles Bonnin, négociant. Ses descendants liquident sa succession le 29 août 1839. Au milieu du XVe siècle il existe un hébergement appartenant à Foucauld de l’Eparre. Il ne reste de cette période que des traces d’ouvertures à bords chanfreinés dans les sous-sols du bâtiment actuel en bordure du passage faisant communiquer la cour et le jardin. Le logis du XVIIIe siècle se présente sous la forme d’un grand corps de bâtiment allongé composé d’un rez-de-chaussée, d’un premier étage et d’un étage à surcroît éclairé par de petites ouvertures quadrangulaires. L’élément le plus remarquable est un escalier à double révolution sis au milieu de la façade, côté cour. Sous le perron s’ouvre le passage en plein cintre menant au jardin en bordure de la Charente.

  • De très nombreux moulins : il ne reste que le moulin de Haut Veillard devenu minoterie Baud (Plan), les deux moulins de Veillard tous deux reconstruits à la fin du XIXe siècle et celui de les Moulins qui a fonctionné jusqu’en 1930. Le petit Moulin (Plan), le moulin impasse des Moulins (Plan)

  • Le four à pain du Logis de Tilloux (Plan), le four à pain de Tilloux (Plan), le four à pain de Veillard (Plan).

  • Les puits : le puits derrière la mairie (Plan), le puits à côté de l’église (Plan), le puits à côté de la salle des fêtes (Plan), le puits du Logis de Tilloux (Plan), le puits de la place du Port (Plan).

Notes et références


Le livre : ‘Le pays de Cognac’ pages 151-152.
Le livre : ‘Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente’ p 147.
Wikipedia (Château de Bourg-Charente
Wikipedia (Château de Cressé)
Wikipedia Bourg-Charente

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s