Rue Saulnier

A VOIR
dans cette rue

Histoire : S’il est des rues qui fleurent bon l’Histoire, la rue Saulnier est de celles-là ! En effet, la plus ancienne et pittoresque rue de notre ville évoque tout à la fois le commerce du sel, la gabelle et ses gabelous, les faux sauniers, de terribles jacqueries ; autant de noms chargés de fortes connotations.

Saulnier : sel, telle est la filiation et Cognac garde souvenir de cette denrée longtemps primordiale à la vie parce qu’elle fut au Moyen Age une plaque tournante de ce commerce. De par sa situation géographique mais aussi par la volonté des légistes le sel de Saintonge, distribué dans toute la France du centre, transitait obligatoirement par Cognac. Ici on acquittait un impôt, le quint (20 %) et l’on avait par la suite totale liberté de commerce. Une aubaine que saisirent les marchands. Ils installèrent de vastes dépôts en notre cité ; un port saunier en fut ouvert en éventrant le rempart face à la rue de ce nom et l’on commerça. De la sorte on apprit les vertus du négoce et, de ce fait, le sel a créé structures sociales et mentales qui permirent le développement du commerce du vin quand les mesures législatives de 1553 firent perdre à Cognac tous les avantages qu’elle avait jusqu’alors.

Référence : Livre ‘Les rues de Cognac’ tome 1 page 170

Rue Saulnier (mai 2015)
Rue Saulnier (mai 2015)

A partir du 10 ème siècle, les premiers négociants en sel s’établissent sur le site même de Cognac. Le port saulnier constitua alors le point de départ de l’organisation de la cité, à laquelle s’ajoutèrent le bourg du château et celui du prieur. A partir du 13ème siècle, une muraille vint protéger la ville. Quelques décennies plus tard, une extension voulue par les Lusignan, alors seigneurs de Cognac, et dont la tour Lusignan gardait le souvenir, engloba le quartier du port saulnier. Pendant le chantier de réhabilitation du Musée des Arts du cognac, ce mur d’enceinte a pu être dégagé laissant ainsi apparaître les vestiges de la tour de Lusignan que quelques lithographes anciennes représentent.

Rue Saulnier (mai 2015)
Rue Saulnier (mai 2015)

Jusqu’au 16ème siècle, date à laquelle le commerce du sel prit fin à Cognac, le port saulnier était alors un quartier de greniers et non d’habitations. Durant son règne, François Ier, né à Cognac en 1494, favorisa sa ville natale et la dota d’aménagements indispensables à son développement économique. Le sol pavé et sa moulière (caniveau) centrale sont un témoignage de sa prospérité d’alors.

Rue Saulnier (mai 2015)
Rue Saulnier (mai 2015)

L’activité du port saulnier déclina vers le milieu de 16ème siècle et peu à peu, les belles demeures remplacèrent les greniers à sel. Nèanmoins, ce quartier conserva sa vocation commerciale par l’exportation de vin de d’eaux-de-vie. Les premiers négociants y installèrent leurs locaux, en les construisant cette fois-ci à l’arrière des parcelles, de manière à concentrer le décor sur les façades sur rue. C’est ainsi que d’élégants hôtels particuliers virent le jour dans ce quartier.  Récemment, celui-ci a fait l’objet d’une restauration, les murs étant noircis par la présence du Torula Compniacensis, champignon microscopique qui se nourrit des vapeurs d’alcool.

Rue Saulnier (mai 2015)
Rue Saulnier (mai 2015)

MAISON GAUTIER DE LA PRÉDASSE

PLAN

DSCF1368

Porte du logis Gautier de la Prédasse (27 mai 2016)

Historique


La porte du logis Gautier de la Prédasse a l’élégance classique du XVIIe siècle.

 Adresse : 5, rue Saulnier


Haut de page

HOTEL DE LA GABELLE

PLAN

Historique

Hôtel de la Gabelle (28 juin 2015)
Hôtel de la Gabelle (28 juin 2015)

L’Hôtel de la Gabelle est situé dans la vieille rue Saulnier au caniveau central ou meulière. Le port Saulnier de Cognac était particulièrement actif dès le haut Moyen Age. Ce port entraîna l’apparition d’une classe marchande dont les demeures s’élevèrent dans cette rue. L’Hôtel de la Gabelle, où était reçu l’impôt établi sur le sel débarqué, en est un des plus beaux exemples avec l’Hôtel Brunet de Boccage, plus bas dans cette même rue.

Daté de 1567, cet Hôtel a été construit sur l’ordre de Perrin de Boussac et a subi depuis de nombreux changements, intérieurs surtout. Seule, la façade est restée intacte avec ses fenêtres à meneaux et sa toiture à pignon.

Description sommaire


Cette construction de la fin du XV° siècle présente un plan fort irrégulier, étendu en profondeur, bordant un côté de la rue Cormereau (rue également pavée).

La façade donnant sur la rue Saulnier offre, par son décor architectural, un intérêt tout particulier. Elle se compose, en élévation, de trois étages : rez-de-chaussée, premier étage et étage sous les combles.

En largeur, se distinguent deux parties, visibles également au niveau de la toiture : à droite, la façade proprement dite de la maison d’habitation à gauche, la façade des communs, au décor moins soigné.

La porte d’entrée de la maison, datée de 1567 présente un décor très raffiné, ouverte en plein cintre et surmontée d’un entablement en saillie au-dessous d’un fronton triangulaire percé d’un oculus.

L’entablement est décoré d’une frise de feuillages et d’enroulements. Deux pots à feu assez plats encadrent le fronton.

Les baies percées régulièrement sur la façade ont leur partie supérieure ornée d’une frise et leur allège portée par des consoles ornées en surface de feuillages. L’oculus également présente un encadrement très finement décoré.

Intérieurement, il ne subsiste presque rien de l’ancienne demeure du XVI° siècle. On peut voir, dans une salle du premier étage, une remarquable cheminée de l’ époque assez bien conservée.

Le rez-de-chaussée a été aménagé en chai. On peut remarquer des consoles ça et là, des anciennes poutres. La façade arrière, réduite, ouvre sur une cour elle-même très réduite.

Seule la façade sur la rue Saulnier mérite une protection au titre des Monuments Historiques.

Époque de construction : 1567

 Adresse : 6, rue Saulnier

Haut de page


HOTEL PERRIN DE BOUSSAC

PLAN

 Histoire


Hôtel Perrin de Boussac (mai 2015)
Hôtel Perrin de Boussac (mai 2015)

Cet hôtel est formé de deux bâtiments, l’un du 16e siècle et l’autre du 17e siècle, comme l’attestent les lignes de toits. Nous sommes en présence d’un décor typiquement Renaissance avec de larges baies à l’étage et de fines décorations en rinceaux ou palmettes. Aux 15e et 16e siècles, de nouvelles demeures furent construites à la place des entrepôts et greniers à sels médiévaux. L’architecture s’affine et multiplie les encadrements de baies sculptés et pilastres avec chapiteaux. A noter, la date gravée sur le fronton, qui semble être une pierre de remploi provenant d’un autre bâtiment, et la tête d’homme sculptée dans la partie haute qui aujourd’hui encore continue d’observer les passants.

Hôtel Perrin de Boussac (mai 2015)
Hôtel Perrin de Boussac (mai 2015)
DSCF0354
Hôtel Perrin de Boussac (mai 2015)
DSCF0353
Hôtel Perrin de Boussac (mai 2015)

Glossaire :

Rinceau : ornement sculpté ou peint, en forme de feuillages, fleurs ou fruits.

Palmette : ornement sculpté ou peint en forme de feuilles de palmiers.

 Adresse : 11 rue Saulnier

Haut de page


HOTEL BRUNET DU BOCAGE

PLAN

Histoire


Hôtel Brunet du Bocage (mai 2015)
Hôtel Brunet du Bocage (mai 2015)

L’hôtel Brunet du Bocage est sans doute la construction la plus atypique de la vieille ville. Construit dans la première partie du 17e siècle pour une famille de négociants, les Brunet du Bocage, cet hôtel appartint ensuite à la famille Augier qui, au 18e siècle, a fondé la première « marque » de cognac.

Hôtel Brunet du Bocage (mai 2015)
Hôtel Brunet du Bocage (mai 2015)

Son riche décor semble inspiré de l’architecture italienne : colonnes à bossages du portail qui prennent appui sur des têtes de lions, répétées à nouveau à leur couronnement, tête d’angelot au centre de la frise, vases d’où s’échappe d’abondance de fruits, et gargouilles zoomorphes au niveau de la corniche.

Hôtel Brunet du Bocage (mai 2015)
Hôtel Brunet du Bocage (mai 2015)
Hôtel Brunet du Bocage (mai 2015)
Hôtel Brunet du Bocage (mai 2015)

La construction de belles demeures comme celle-ci fut un moyen affirmé, de la part des négociants, d’exhiber une certaine réussite sociale et professionnelle.

 Adresse : 15 rue Saulnier

Haut de page


HOTEL MARTELL

PLAN

 Histoire


En 1760, la famille Martell, négociants en eaux-de-vie, acheta une maison à plusieurs corps de bâtiments et communs. A ce domaine furent adjointes des acquisitions ultérieures. En 1788, la reconstruction des bâtiments fut entreprise, se concentrant essentiellement sur le logis principal. Ces travaux se poursuivirent au 19e siècle avec la construction des communs.

Arrière de l'hôtel Martell (mai 2015)
Arrière de l’hôtel Martell (mai 2015)

Tandis qu’au 17e siècle, les hôtels de la rue Saulnier concentraient leurs décors sur la façade donnant sur la rue, le 18e voit l’apparition des hôtels dont le corps des logis est disposé entre cour et jardin. L’hôtel Martell est l’un des seuls de la vielle ville à présenter ce type de disposition. Il n’y a alors plus d’ouvertures sur la rue et le décor est rejeté sur la façade côté jardin. En longeant cet hôtel, vous pourrez admirer cette façade et ses élégantes guirlandes de fleurs.

 Adresse : rue Saulnier

Notes et références


Le livre ‘Cognac’ de Pauline Reverchon.
Grand Cognac Communauté des communes.
http://www.culture.gouv.fr/Wave/image/merimee/PROT/PA00104315_DOC.pdf

Haut de page

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s