Rue de l’Hôpital

A VOIR
dans cette rue

Histoire : Au Moyen-Age, aux alentours de l’an 1200, Itier IV, seigneur de Cognac, fonda dans le futur faubourg Saint-Jacques une aumônerie destinée à recevoir les pèlerins se rendant ou revenant de Saint-Jacques-de-Compostelle, en Espagne.

Cette aumônerie devint peu à peu un hospice et en 1754 quatre sœurs de la Sagesse s’y installèrent pour soigner les malades, les infirmes et les vieillards. Au début du 1er Empire, l’hospice Saint-Jacques était devenu insuffisant.

En 1806, la famille Guillet-Duplessis fit don à la municipalité d’un domaine rural situé à Saint-Martin et ayant appartenu avant la Révolution aux Dames bénédictines du prieuré de Saint-Léger, pour y faire édifier un hôpital.

La chapelle enclavée dans les bâtiments les plus anciens, à gauche dans la cour, a été bénie le 30 août 1810 par l’archiprêtre Coutant, curé de Saint-Léger, et agrandie en 1830.

Les débuts de l’hôpital furent difficiles mais bientôt la générosité de nombreux bienfaiteurs permit d’améliorer ses finances.

Les premières installations furent agrandies en 1862 et en 1877.

En 1900, on construisit l’orphelinat Martell, plus tard transformé en hospice.

L’hôpital prendra ensuite une grande extension et il sera modernisé pour devenir le Centre hospitalier.

Les sœurs de la Sagesse ont séjourné à l’hospice Saint-Jacques et à l’hôpital de 1754 à 1970.

Autrefois, vers l’emplacement de la conciergerie actuelle, se trouvait le portail d’entrée, surmonté d’un fronton portant l’inscription « Fondation Guillet-Duplessis ».

Dans la cour repose sous le monument le corps de l’abbé René Tiffon, curé de Genté, devenu aumônier de l’hôpital.

Référence : Livre ‘Les rues de Cognac’ tome 1 page 101

ORPHELINAT dite FONDATION EDOUARD et GABRIEL MMARTELL

PLAN

Histoire


Edifice construit en 1899 à la demande et grâce aux dons de Edouard et Gabriel Martell ; une aile au nord-ouest a été ajoutée postérieurement.

Adresse : rue de l’Hôpital

Haut de page


HÔPITAL NOTRE-DAME, HOSPICE (N° 18)

PLAN

Histoire


A cet emplacement se trouvait un domaine dépendant du prieuré Saint-Léger, qui fut vendu comme bien national en 1805, puis légué à la ville pour y établir un hôpital, lequel s’installe en 1810, avec le concours de soeurs de la Sagesse ; en 1839, la chapelle Notre-Dame est agrandie vers le sud-est ; en 1867, travaux de clôture, construction du bâtiment de la salle des bains et d’un bassin dans le jardin par l’entrepreneur désir fort ; en 1873 et 1874, travaux par le même entrepreneur, sur plans de l’architecte Warin, avec démolition de vieux bâtiments et construction de l’aile sud-ouest ; de 1876 à 1878, nouveaux agrandissements par les mêmes : bâtiment des cuisines, reconstruction du vieux bâtiment des soeurs, installation de bains et de chauffage ; en 1885 et 1886, construction d’une salle pour les femmes infirmes par désir fort ; de 1894 à 1896, construction par Lucien Roy, architecte de la ville, d’un pavillon d’isolement, reconstruction du mur du cimetière, agrandissement de la pharmacie et du laboratoire, reconstruction du bâtiment de la maternité, agrandissement de la salle des vieillards, établissement d’une salle d’opération, réfection des servitudes comme l’écurie et l’amphithéâtre ; en 1924, nouveaux agrandissements et restauration ; autres agrandissements dans la 2e moitié du 20e siècle et restauration de la chapelle en 1977 par l’architecte Edgar Broutet.

Adresse : 18, rue de l’Hôpital

Notes et références


http://www.culture.gouv.fr

Haut de page

rue de l’hopital

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s