Quai des Flamands

 A VOIR
dans cette rue

Histoire : Le nom de ce quai de la Charente rappelle l’importance du rôle joué par les marchands flamands dans le trafic des vins charentais, dès le Moyen Age, et celui des eaux-de-vie de Cognac, à partir du XVIIe siècle. Les bateaux venant de la mer du Nord accostaient ce quai lorsque le cours de la Charente permettait encore leur navigation.

D’importantes réparations et reconstructions ont été effectuées au quai des Flamands en 1825 et 1826 auxquelles les négociants ont largement participé.

Par délibération du conseil municipal du 26 juin 1996, une partie du quai des Flamands a été dénommé Richard Hennessy. La partie située entre la rue Saulnier et la place de la Salle Verte garde ce nom historique de quai des Flamands.

Référence : Livre ‘Les rues de Cognac’ tome 1 page 80.

LE PORT

PLAN

Cognac s’est découvert une vocation commerciale bien avant le 18e siècle. Le négoce du cognac s’inscrit, en effet, dans un héritage commercial qui a conditionné son développement. Le fleuve y a joué un rôle décisif comme vecteur d’échanges entre la côte atlantique et l’intérieur des terres.

Prenant sa source à Chéronnac dans la Haute-Vienne à 295 mètres d’altitude, la Charente, longue de 381,4 kilomètres, traverse ensuite les départements de la Vienne, de la Charente et de la Charente-Maritime avant de se jeter dans l’océan Atlantique entre Port-des-Barques et Fouras par un large estuaire.

Depuis l’Antiquité, le sel connut une importance stratégique et économique qui fit la richesse de Cognac. Pour transporter le sel de la côte vers l’intérieur, des gabares remontaient le fleuve jusqu’au port saulnier de Cognac. A la disparition du commerce du sel à Cognac au 16e siècle, le développement du commerce du vin et des eaux-de-vie fut favorisé par l’organisation économique précédemment mise en place.

La plus grande reconstruction fluviale de France, « La Dame Jeanne », mise à l’eau en 2002, est amarrée aux quais et propose à la belle saison de découvrir les bords de la Charente. Elle est la seule réplique de type « Port-d’Envaux » de la Charente et a été, à ce titre, labellisée en 2011 « bateau d’intérêt patrimonial ». Elle mesure 23 mètres de long pour 5 mètres de large et pèse 27 tonnes. La spécificité de cette embarcation est un fond plat, appelé « sole », qui lui permet, avec un faible tirant d’eau, de porter un maximum de charge. Lorsqu’il fallait remonter le courant, la gabare était tirée par des chevaux ou des hommes, ce que l’on appelle le halage.

Le nom des rues de ce quartier rappelle le passé économique de la ville : la rue Saulnier et le quai des Flamands en sont deux exemples manifestes.

 Adresse : Quai des Flamands

Notes et références


Grand Cognac Communauté des communes.

Haut de page

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s